Madagascar exportateur baie rose

Trouver un exportateur madagascar d’épices comme la vanille, le girofle, le poivre noir.

L’économie de Madagascar s’appuie essentiellement sur les produits agricoles.

Cependant, de part son relief montagneux, de sa grande latéralité et de ses précipitations irrégulières, une grande partie de la terre devient impropre à la culture. Environ 5% seulement de la superficie terrestre est cultivée à la fois. Malgré ces chiffres, l’agriculture représente 30% du PIB et emploie environ 75% de la population active. Les plantations à grande échelle dominent la production de sisal, de canne à sucre, de tabac, de bananes et de coton, mais, dans l’ensemble, l’agriculture malgache dépend principalement des petits agriculteurs de subsistance cultivant moins de 2,44 hectares. 

Exportateur madagascar Baie Rose

Exportateur madagascar Baie Rose

Une grande variété de cultures vivrières est cultivée. Le riz est l’aliment de base du régime malgache; la production était estimée à 2 637 000 tonnes en 1999. Trouvez un exportateur madagascar de riz. Néanmoins, le rendement est insuffisant pour répondre aux besoins du pays et en 1982, 1984 et 1990, les cyclones ont gravement endommagé la récolte de riz. Le manioc, les bananes et les patates douces sont également importants. Madagascar a cherché à diversifier la production agricole de base en favorisant le maïs et les pommes de terre. D’autres cultures vivrières importantes (avec des chiffres de production de 1999) comprennent le manioc, 2 435 000 tonnes; canne à sucre, 2 180 000 tonnes; patates douces, 520 000 tonnes; pommes de terre, 285 000 tonnes; bananes, 265 000 tonnes; maïs, 181 000 tonnes; et les oranges, 85 000 tonnes.

Trouvez un exportateur madagascar de produits locaux

Premièrement, la principale exportation malgache est le café. Dans les années 80, le café gagnait régulièrement environ 24% des recettes totales d’exportation d’après un exportateur madagascar. Après l’effondrement de l’Organisation internationale du café en 1989, les exportations de café n’ont représenté que 8,6% des recettes du commerce extérieur malgache en 1992 (contre 35% en 1985); en 2001, il représentait environ 12% des exportations. La production était de 85 000 tonnes en 1991 et d’environ 65 000 tonnes en 1999.

Deuxièmement, la vanille figure parmi les produits agricoles les plus exportés avec 853 tonnes d’extrait (pour une valeur de 9,5 millions de dollars) en 2001. Le commerce international de la vanille naturelle est déterminée par des accords entre les producteurs (principalement Madagascar et les Comores) et les principaux importateurs quels prix à l’exportation et volumes échangés sont fixés. Le gouvernement n’encourage pas la surproduction car la demande du marché international est très sensible en raison de la concurrence de la vanille synthétique (vanilline). Madagascar est le principal producteur mondial de vanille naturelle, représentant environ 75% de la production.

Les clous de girofle sont la troisième principale culture d’exportation, cultivée principalement par les petits exploitants. La production suit un cycle de 4 ans avec 2-3 ans de production élevée suivie d’une année de faible production. Les exportations de clous de girofle ont totalisé 16 723 tonnes en 2001, évaluées à 88,5 millions de dollars. Les autres chiffres de production de 1999 pour les cultures de rente étaient le coton-graine, 33 000 tonnes; cacahuètes, 34 000 tonnes; sisal, 18 000 tonnes; et cacao, 4 000 tonnes.

Le poivre est une autre culture d’exportation importante à Madagascar. MadaMarket Export est un exportateur Madagascar de poivre noir et de baie rose.

Les exportations de poivre en 2001 s’élevaient à 635 tonnes, évaluées à 1,2 million de dollars.

On obtient le poivre à partir des baies de différentes espèces de poivriers, des plantes de la famille des pipéracées. Seuls les fruits du Piper nigrum, du Piper cubeba et du Piper longum ont droit légalement à l’appellation de poivre. L’espèce Piper nigrum produit, selon le stade de sa récolte et le type de sa préparation, le poivre vert, blanc ou noir. La conservation humide de baies immatures donne le poivre vert. Tandis les baies mûres débarrassées de leur péricarpe donnent le poivre blanc. On extrait le poivre noir à partir des baies à maturité, fermentées et séchées au soleil. Ce n’est pas le cas pour la baie rose qu’on obtient après pleine maturité de la grappe.

La production mondiale de poivre est 366 511 tonnes en 2003. Le Viêt Nam est le plus important producteur avec 90 000 tonnes. Puis suivent : l’Indonésie 67 000 tonnes, le Brésil 63 000 tonnes, l’Inde 51 000 tonnes, la Malaisie 32 000 tonnes, la Chine 21 000 tonnes. La production annuelle de Madagascar n’est qu’à 2 000 tonnes seulement. Cette filière nécessite plus de développement vu son potentiel.

Le très bas prix payés par les agences étatiques décourage la production de cultures de rente. En 2001, l’excédent commercial agricole de Madagascar se chiffraient à 21,5 millions de dollars.

Enter your keyword